Un violeur du nom de profil Meetic « Nitro_984 », Condamné par la Cour d’Assises du Val d'Oise, en 1ère instance à 16 ans de réclusion criminelle.

Communiqué du 18-05-2017

Du 9 au 12 mai 2017, comparaissait devant la Cour d’assises du Val d’Oise un accusé poursuivi pour viols, viols dans une relation de couple et violences à l’encontre de quatre femmes. Le CFCV s’est constitué partie civile au côté des victimes.

Cette affaire présente des caractéristiques que nous retrouvons fréquemment dans les plus de 53 260 récits de viol que nous ont confiés les victimes qui appellent Viols-Femmes-Informations 0 800 05 95 95.

Il est très rare qu’un violeur ne commette qu'une agression unique. Le plus souvent, répétant le même mode opératoire, il réitère ses actes à l’encontre de nouvelles victimes. Après avoir ciblé des personnes dans un contexte de vulnérabilité il va les isoler, les terroriser, les humilier, leur faire endosser la responsabilité de ce qui s’est passé de telle sorte que la honte et une fausse culpabilité les contraignent au silence et lui assurent l’impunité.

En première instance, la Cour d’assises du Val d’Oise a rendu son verdict le 12 mai 2017, condamnant l’accusé à :

  • Une peine de réclusion criminelle de 16 ans avec une période de sûreté aux deux tiers de la peine ;

  • Un suivi sociojudiciaire de 8 ans avec injonction de "soins" et interdiction d'entrer en contact avec les victimes, et 4 ans de peine supplémentaire en cas de transgression des règles de ce suivi ;

  • Le retrait total de l'autorité parentale ;

  • L'inscription au fichier « Fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes » ;

  • 30 000 euros de dommages et intérêts à verser à chacune des 4 victimes ;

  • 500 euros de dommages et intérêts à verser au Collectif Féministe Contre le Viol.

Le CFCV se félicite de ce que les droits des victimes aient été enfin reconnus.

La première victime à avoir porté plainte, en 2012, a, lorsqu’elle a appelé Viols-Femmes-Informations 0 800 05 95 95, évoqué son parcours de combattante face à une justice qui n’a pas réagi suffisamment tôt pour éviter de nouvelles infractions. Les plaintes de deux victimes avaient été classées sans suite malgré des faisceaux d’indices amplement suffisants, comme le procès l’a plus tard démontré.

Avec constance, nous revendiquons que l’ensemble des personnels de police et justice bénéficient de formations à l’accueil des femmes et enfants victimes de violences sexistes et sexuelles. Cette exigence figure dans le 5ème Plan de mobilisation et de lutte contre toutes les violences présenté en novembre dernier par la ministre alors en charge des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes.

Le condamné, un homme âgé d’une trentaine d’années, avait pour nom de profil « Nitro_984 », sur Meetic.

Il utilisait la présence de ses deux jeunes enfants à son domicile pour que les femmes qu’il allait violer n’aient pas peur d’accepter de monter chez lui.

Victime de viol, sachez que vous n’y êtes pour rien. L’agresseur est seul coupable. Il n’avait pas le droit. C’est la loi. Nous pouvons vous aider.