Violences sexuelles: Comment les victimes sont-elles prises en charge par les forces de l’ordre?

15

novembre 2017

Illustration du traitement d'une plainte dans un commissariat du XIIIe arrondissement à Paris. — POUZET20MN/WPA/SIPA

VIOLENCES Policiers et gendarmes sont sensibilisés tout au long de leur carrière à cette délicate mission…

Les violences sexuelles ou conjugales ne sont pas le fruit de pulsions. « Les agresseurs ont une stratégie. C’est ce que nous avons compris après avoir écouté les témoignages de plus de 53 000 victimes », a expliqué hier Emmanuelle Piet, présidente du Collectif féministe contre le viol (CFCV), à l’occasion des treizièmes rencontres Femmes du monde en Seine-Saint-Denis.

  • Les plaintes déposées pour violences sexuelles ont augmenté en octobre de 30 % en zone gendarmerie et de 23 % en zone police.
  • Policiers et gendarmes sont préparés pour accueillir les victimes mais leur formation peut être améliorée, estiment des associations.

C’est sans doute une conséquence de l’affaire Weinstein. Selon le ministère de l’Intérieur, les plaintes déposées pour violences sexuelles ont augmenté en octobre de 30 % en zone gendarmerie et de 23 % en zone police, par rapport à la même période de l’année précédente. Mais policiers et gendarmes n’ont pas attendu que le sujet soit sous la lumière médiatique pour se former à la prise en charge des femmes victimes de ce type d’infractions. « Globalement, l’accueil qui leur est réservé n’est pas mal », confie à 20 Minutes Emmanuelle Piet, présidente du Collectif féministe contre le viol.

Formation initiale et continue

Durant leur formation, les forces de l’ordre sont préparées à traiter cette délicate thématique. « Les gendarmes sont notamment formés à l’accueil du public, sensibilisés à la prise en charge des femmes victimes de violences conjugales ou sexuelles », nous explique le lieutenant-colonel Karine Lejeune, porte-parole de la gendarmerie.

Puis, au cours de leur carrière, ils assistent régulièrement à des journées de formation. « Les agents peuvent échanger avec des psychologues et des travailleurs sociaux sur la manière d’accueillir ces femmes. On leur explique par exemple qu’il y a certaines questions qu’il ne faut pas poser pour ne pas les décourager », explique une source policière.

Ces séances de formation continue permettent aussi aux forces de l’ordre « de remettre à jour les connaissances, la législation évoluant au cours des années », poursuit Karine Lejeune.

« Encourager les victimes à porter plainte »

Interrogée par 20 Minutes, Ernestine Ronai, responsable de l’ Observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis, estime toutefois qu’il est nécessaire que davantage de policiers et gendarmes participent à ces journées de formation consacrées à la question des violences. « Il y a eu beaucoup de fonctionnaires formés, mais sans doute pas assez », confirme également Emmanuelle Piet.

L’accueil de ces femmes constitue pourtant un enjeu majeur. « On leur propose de rencontrer une femme enquêteur, on leur explique comment l’audition va se dérouler, ce qu’il va se passer ensuite si elles veulent porter plainte, note Karine Lejeune. On leur propose aussi de les mettre en relation avec des intervenants sociaux, on leur propose le numéro d’une association d’aide aux victimes. »

« Le premier accueil est tout à fait fondamental », remarque de son côté Emmanuelle Piet. « Globalement, elles ont des chances d’être bien reçues », estime Ernestine Ronai. « Il peut arriver qu’elles soient mal accueillies, mais dans ce cas-là il ne faut pas se décourager : il faut aller dans un autre commissariat ou une autre brigade. Il faut continuer à encourager les victimes à porter plainte. »

Une audition « la moins traumatisante possible pour les victimes »

La Miprof (Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains) a également élaboré des kits de formation à destination des forces de l’ordre pour les aider dans l’écoute des victimes. « L’objectif, c’est de faire en sorte que l’audition soit la plus claire possible pour les enquêteurs et les magistrats, et la moins traumatisante possible pour les victimes », assure Karine Lejeune.

Par ailleurs, des psychologues et des intervenants sociaux sont présents dans de nombreux commissariats ou brigades de gendarmerie. « On a commencé à augmenter leur nombre. Mais il faut continuer cet effort. Il y a des professionnels chargés de l’accompagnement et de l’accueil des personnes. Et ça facilite le travail des policiers, indique Ernestine Ronai. C’est aussi un plus pour les femmes victimes. Ça facilite la prise de plainte derrière. »

Des référents sur cette thématique sont présents dans de nombreuses gendarmeries, souligne Karine Lejeune. « Ils ont pris contact en amont avec les associations, les travailleurs sociaux… L’objectif est que le parcours de la victime soit le plus fluide possible. » En France, 84.000 femmes âgées de 18 à 75 ans déclarent avoir été victimes de viol ou tentative de viol en un an. Or, seules 10.461 plaintes de femmes ont été déposées, selon le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Thibaut Chevillard