Pour faire entendre une autre voix sur les chaines publiques à propos d’Outreau, celle des victimes

Pour faire entendre une autre voix sur les chaines publiques à propos d’Outreau, celle des victimes

Le 8 septembre a été diffusé sur une chaine publique, le film fiction de Vincent Garencq Présumé coupable d’après la seule lecture de l’ouvrage d’Alain Marécaux, un des acquittés de l’Affaire d’Outreau en deuxième instance.

Nous nous élevons contre ce choix de présenter un récit à une seule voix alors même que les voix des jeunes victimes aujourd’hui devenues adultes s’élèvent peu à peu pour crier leur douleur[1].

(suite…)