Communiqué du CFCV – « J’accuse » par Roman Polanski, ça énerve vraiment !

ou comment le Groupe France Télévisions participe à inverser la culpabilité et invisibiliser le passé criminel du réalisateur.

La sortie du film “J’accuse” réalisé par Roman Polanski est annoncée pour le 13 novembre. Ce film traitant de l’Affaire Dreyfus est coproduit par France 2 Cinéma et France 3 Cinéma. Ces filiales du Groupe France Télévisions sélectionnent un certain nombre de projets par an dans le cadre de leur mission de soutien du cinéma français.

2017 fut partout dans le monde un séisme ; les sociétés prennent leurs responsabilités, les associations sont mobilisées, les violeurs ont baissé la tête, les victimes ont relevé la leur, mais les Institutions publiques françaises s’acharnent à faire régner Polanski en maitre et la France demeure immuable pays de la culture du viol.

En soutenant financièrement “J’accuse”, le Groupe France Télévisions persiste à invisibiliser le passé délictueux de Roman Polanski et à participer à la culture de l’impunité des violences sexuelles.

Est-ce intelligible, responsable, admissible, que le Service Public mette nos moyens à la disposition d’un homme inculpé pour viol sur mineure, fuyant la Justice, mis en cause dans de nombreux autres viols, pour porter les valeurs de justice et de vérité qui sont au cœur de l’Affaire Dreyfus ?

Zola disait “Il n’est de justice que dans la vérité”. De l’art de s’arranger avec la vérité pour se blanchir devant l’Histoire, sera le bon usage que Polanski fera de cette nouvelle tribune offerte par le Groupe de service public !

(Le film étant annoncé depuis des années, nous avons souvent pu lire que Polanski voit dans l’Affaire Dreyfus un écho à sa propre affaire, à nouveau récemment dans l’article d’Eric Mandel, JDD du 5 mai)

En jeu, l’image et la dignité de la France, la justice et la vérité, la fierté de notre Histoire et l’avenir de nos filles, l’honneur d’un Capitaine et … le respect des citoyen-nes français-es contribuables !!!

 

Le Collectif Féministe Contre le Viol

Contact Presse
01 45 82 73 00
collectiffeministe.contreleviol@orange.fr

Communiqué de presse du Collectif Féministe Contre le Viol

Actes sexuels sur une patiente : un médecin condamné pour ne pas avoir respecté le contrat de soin et la déontologie de sa profession

Le Collectif féministe contre le viol (CFCV) se félicite de la condamnation, le jeudi 04 octobre 2018, du docteur Jean-Philippe SICARD, psychiatre à Ajaccio, par la Cour d’Appel de Bastia.

Le docteur Jean-Philippe SICARD a été condamné à verser la somme de 8000€ à son ancienne patiente Mme J.M, ainsi qu’au remboursement de ses frais d’avocats, pour ne pas avoir respecté le contrat de soin et la déontologie de sa profession. Les actes subis par la plaignante avaient conduit à l’aggravation de son état de santé, conduisant à un état durable de stress post-traumatique.

Le docteur Jean-Philippe SICARD avait fait l’objet d’une suspension de six mois par l’Ordre national des médecins, en mars 2015, pour avoir imposé à sa patiente particulièrement vulnérable des actes sexuels au sein de son cabinet.

Le CFCV rappelle que le fait pour un praticien d’avoir des relations sexuelles avec une patiente est considéré comme une grave faute déontologique.

Cette décision rend enfin justice à une femme victime de violences de la part de son médecin, neuf ans après les faits.

 

Le Collectif Féministe Contre le Viol

 

Signez la pétition pour qu’un nouvel article soit ajouté au Code de Déontologie Médicale ainsi rédigé : « Le médecin doit s’interdire toute relation sexuelle avec les patients dont il a la charge » sur www.atoute.org/n/article366.html

Communiqué du Collectif de Lorient : Pour la réouverture d’un lieu d’accueil pour les femmes victimes de violences à Lorient

Communiqué du Collectif de Lorient : Pour la réouverture d’un lieu d’accueil pour les femmes victimes de violences à Lorient

Communiqué du Collectif de Lorient relayé par le CFCV :

 

Pour la réouverture d’un lieu d’accueil pour les femmes victimes de violences à Lorient

… et pour la création de nouveaux lieux ailleurs

En France, le nombre de femmes victimes de violences physiques et/ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel partenaire est estimé à 225 000 femmes par an. 3 femmes victimes sur 4 déclarent avoir subi des faits répétés. 8 femmes victimes sur 10 déclarent avoir également été soumises à des atteintes psychologiques ou des agressions verbales.

En 2016, 123 femmes ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire, soit 1 tous les 3 jours. 25 enfants mineurs sont décédés, tués par un de leurs parents dans un contexte de violences au sein du couple.

Alors en 2018, on est tou-te-s « #metoo » ? 

Dans les mots oui ! 

Le Président de la République s’est engagé à l’occasion de son discours sur le lancement de la « grande cause du quinquennat » : « je me suis en effet engagé à ce que la cause du quinquennat soit celle de l’égalité entre les femmes et les hommes et le premier pilier de cette cause, c’est bien la lutte pour l’élimination complète des violences faites aux femmes. Pour cela, je souhaite que nous nous donnions les moyens de mener une action résolue à hauteur des enjeux. »

Dans les faits non ! 

Le plan interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes de 2011 prévoit un lieu d’accueil de jour par département pour recevoir et accompagner les femmes victimes de violence. C’est un premier pas, mais c’est largement insuffisant ! A l’échelle du Morbihan, l’existence d’un seul lieu d’accueil situé à Vannes laisse ainsi de côté environ 4/5 de la population du département ! Quand on connait la complexité de ces situations de maltraitance, les difficultés qu’ont les victimes à s’identifier comme victimes, à affronter peur des représailles, honte et sentiment d’humiliation pour demander de l’aide, et l’ambivalence très fréquente de leur relation à leur bourreau (sans parler des complications financières et organisationnelles que ces déplacements impliquent) … on comprend bien que très peu d’entre elles feront la démarche de se rendre à l’autre bout du département pour solliciter un accompagnement …

Le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles du Morbihan (CIDFF 56), en partenariat avec la Sauvegarde 56, avait donc fait le choix en 2014 d’ouvrir 2 lieux d’accueil, 1 à Vannes et 1 à Lorient (avec l’appui de financements de la Région Bretagne, la Préfecture du Morbihan, la Caf du Morbihan). Le lieu d’accueil de Lorient a suivi et accompagné de 2015 à 2017 une centaines de femmes par an. Mais à peine 3 ans après l’ouverture et suite à la suppression de la subvention de la préfecture, ce lieu a dû fermer faute de financement suffisant.

Aujourd’hui, il suffirait pourtant de 40 000 euros / an pour réouvrir et faire vivre le lieu d’accueil de Lorient. 

Nous interpellons donc les pouvoirs publics et les invitons à prendre leurs responsabilités pour apporter une réponse dans tout le territoire aux besoins d’accompagnement et de soutien des victimes de violences conjugales :

  • à Lorient, nous demandons la réouverture de l’accueil de jour 
  • dans le Morbihan et en Bretagne, nous demandons l’ouverture de nouveaux lieux d’accueil pluridisciplinaires, notamment pour les zones rurales
  • en France, nous demandons un plan de lutte contre les violences plus ambitieux et ne se limitant pas à la population des grandes métropoles !

 

Sources :

  • « Cadre de vie et sécurité » 2012-2017 – INSEE-ONDRP
  • « Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple. Année 2016 » – Ministère de l’Intérieur, délégation aux victimes.
  • 3e Plan interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes – 2011
  • Discours du Président de la République à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et du lancement de la grande cause du quinquennat – Novembre 2017
  • Mécanismes de la violence conjugale – Délégation Régionale aux droits de la femme et à l’égalité, Ile de France Préfecture de Paris – 2010
  • J’aimais le diable – J. Bodelot, Formbox – 2018
  • Rapport d’activité 2015 – CIDFF 56
  • Rapport d’activité 2016 –  CIDFF 56
  • Rapport d’activité 2017 –  CIDFF 56

VOX POP #142 / Drogues de synthèse : une lutte impossible?

Communiqué de presse de Vox POP / Diffusion 3 mars 2018

 

Sexe : c’est OUI…ou c’est du viol !

Chaque semaine, Vox Pop enquête sur la société européenne.

Cette semaine, Vox Pop ouvre deux polémiques : la première sur les nouvelles drogues de synthèse, avec une enquête en Allemagne ; la seconde sur le consentement sexuel, avec une invitée : Alexandra Pascalidou, productrice et militante féministe suédoise.

  1. Drogues de synthèse : une lutte impossible ?

Les nouvelles drogues de synthèse, pour la plupart autorisées, reproduisent les effets de drogues comme la cocaïne, l’héroïne ou le cannabis. Elles sont parfois même beaucoup plus dangereuses. Ces produits chimiques légaux ont déferlé il y a quelques années en Europe et connaissent un succès grandissant. Plus de 600 substances sont aujourd’hui répertoriées dans l’Union. En 2016, l’Europe a adopté une loi pour les criminaliser. Mais peut-elle suffire à arrêter l’engouement pour des produits qui se renouvellent sans cesse ?

Controverse de la semaine : « Il faut interdire toutes ces drogues, tous ces poisons en circulation !», s’inquiètent les Etats européens les plus alarmistes. « Oui mais comment faire ? On détecte une nouvelle substance par semaine ! », modèrent les autres. « Interdire n’empêche pas la consommation, bien au contraire ». Alors, pour ou contre l’interdiction de toutes les drogues de synthèse ?

Enquête de la semaine : Vox Pop a enquêté en Allemagne, un des premiers pays européens à légiférer pour interdire certaines substances psychoactives. Car ces drogues font des ravages chez les jeunes…

  1. Sexe : c’est OUI… ou c’est du viol !

En pleine onde de choc sur les affaires de harcèlement et la vague de témoignages #metoo, la Suède légifère sur ce qu’hommes et femmes partagent de plus intime : les relations sexuelles. A partir du 1er juillet 2018, il sera interdit d’avoir un rapport avec une personne qui n’a pas expressément dit oui. Sinon, il sera qualifié de viol. Comment cette loi est-elle accueillie par la population ? Que va-t-elle changer dans les relations hommes/femmes ?

Vox Pop a invité cette semaine la suédoise Alexandra Pascalidou. Cette productrice, journaliste et féministe s’est prononcée pour cette loi « symboliquement très forte ».

Sans oublier notre tour d’Europe des correspondants. Comment nos voisins ont réagi aux affaires de harcèlement ? Et le reportage de John Paul Lepers, avec des juristes suédois, qui pointent les limites de la loi sur le consentement sexuel.

 

SOMMAIRE en résumé:

L’enquête de la semaine – Allemagne : drogues de synthèse, un combat sans fin ?

L’invité de la semaine – Alexandra Pascalidou, productrice et militante féministe suédoise.

 

Appel à témoins de l’AIVI : parents protecteurs

Appel à témoins de l’AIVI : parents protecteurs

Appel à témoin de l’AIVI (Association internationale des victimes de l’inceste) à voir sur le site de l’association.

L’Association Internationale des Victimes d’Inceste, en collaboration avec SOS Les Mamans, lance une nouvelle enquête sur les Parents Protecteurs.

Les buts de cette enquête

L’AIVI prépare un Dossier Expert destiné à aider les parents protecteurs, c’est à dire les parents dont un enfant mineur (de 0 à 18 ans) a subi un viol ou une agression sexuelle, et qui ont cherché à le protéger. Ce guide aidera nos adhérents dans leurs démarches : police, justice, soins …

Ce document offrira une compilation d’informations pratiques étayées par des témoignages concrets d’adhérents ayant été confrontés à ces situations.

Votre expérience de parent protecteur est susceptible d’aider grandement d’autres parents en leur facilitant contacts et démarches pour leur éviter des pièges qui peuvent être dramatiques (il arrive même que l’enfant agressé soit confié par la justice à son parent agresseur !).

Par ailleurs les données quantitatives et qualitatives obtenues lors de notre enquête seront compilées sous la forme d’une étude publiquement disponible et qui pourra orienter nos actions militantes devant le Parlement (pour changer la loi) ou le Gouvernement (pour réformer la protection de l’enfance et le fonctionnement de l’institution judiciaire).

Notre but est simple: protéger les enfants contre les agressions sexuelles intra-familiales. Et c’est pourquoi nous avons besoin de votre aide.

Comment participer ?

Toutes les parents dont un enfant a subi des agressions sexuelles intra-familiales et qui ont agi pour chercher à le protéger sont éligibles pour participer à l’enquête.

Afin de participer, il faut au préalable vous enregistrer sur le site AIVI. C’est une mesure technique destinée à garantir la qualité des données et à éviter le spam ou le vandalisme de ce questionnaire.

Cette inscription est gratuite, nous respectons votre vie privée, nous n’envoyons aucun email (sauf si vous vous inscrivez explicitement à la newsletter de l’AIVI), et nous ne partageons vos données personnelles en aucun cas.

En répondant au questionnaire, vous acceptez que tout ou partie de votre témoignage soit utilisé pour la rédaction du Dossier Expert et de l’Etude de l’AIVI. Pour mémoire ce guide est réalisé par des personnes bénévoles dans le seul but de favoriser l’entraide entre victimes de pédo-criminalité.

Un grand MERCI pour votre précieuse contribution !

Etape  1 : créer un compte sur le site AIVI (si vous n’en avez pas déjà)

Étape 2: vous connecter 

Étape 3: répondre au questionnaire (menu Vous Mobiliser / Nos Enquêtes / Parent Protecteur)

Le CFCV à l’Assemblée nationale : intervention d’Emmanuelle Piet

Le CFCV à l’Assemblée nationale : intervention d’Emmanuelle Piet

Colloque à l’Assemblée Nationale

Intervention d’Emmanuelle Piet,
Présidente du CFCV

Novembre 2017

 

Lien : http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5222100_5a15929dee30b.delegation-aux-droits-des-femmes--colloque-viols-et-culture-du-viol--mieux-definir-l-inacceptable-22-novembre-2017#

 

Viols Femmes Informations
0 800 05 95 95

Anonyme et gratuit, y compris depuis les portables
Du lundi au vendredi, de 10h à 19h