Appel à témoins : Vous avez été victime de viols ou d’agressions sexuelles par un médecin en Ile de France

Appel à témoins : Vous avez été victime de viols ou d’agressions sexuelles par un médecin en Ile de France

Pour les personnes qui souhaitent témoigner, vous pouvez appeler sur le 0.800.05.95.95, Viols-Femmes-Informations, un numéro national anonyme et gratuit, du lundi au vendredi, de 10h à 19h.

Après un viol, parler c’est commencer à se reconstruire

Appel à témoins : Vous avez été victime de viols ou d’agressions sexuelles par un professionnel du Yoga

Appel à témoins : Vous avez été victime de viols ou d’agressions sexuelles par un professionnel du Yoga

Pour les personnes qui souhaitent témoigner, vous pouvez appeler sur le 0.800.05.95.95, Viols-Femmes-Informations, un numéro national anonyme et gratuit, du lundi au vendredi, de 10h à 19h.

Après un viol, parler c’est commencer à se reconstruire

VOX POP #142 / Drogues de synthèse : une lutte impossible?

Communiqué de presse de Vox POP / Diffusion 3 mars 2018

 

Sexe : c’est OUI…ou c’est du viol !

Chaque semaine, Vox Pop enquête sur la société européenne.

Cette semaine, Vox Pop ouvre deux polémiques : la première sur les nouvelles drogues de synthèse, avec une enquête en Allemagne ; la seconde sur le consentement sexuel, avec une invitée : Alexandra Pascalidou, productrice et militante féministe suédoise.

  1. Drogues de synthèse : une lutte impossible ?

Les nouvelles drogues de synthèse, pour la plupart autorisées, reproduisent les effets de drogues comme la cocaïne, l’héroïne ou le cannabis. Elles sont parfois même beaucoup plus dangereuses. Ces produits chimiques légaux ont déferlé il y a quelques années en Europe et connaissent un succès grandissant. Plus de 600 substances sont aujourd’hui répertoriées dans l’Union. En 2016, l’Europe a adopté une loi pour les criminaliser. Mais peut-elle suffire à arrêter l’engouement pour des produits qui se renouvellent sans cesse ?

Controverse de la semaine : « Il faut interdire toutes ces drogues, tous ces poisons en circulation !», s’inquiètent les Etats européens les plus alarmistes. « Oui mais comment faire ? On détecte une nouvelle substance par semaine ! », modèrent les autres. « Interdire n’empêche pas la consommation, bien au contraire ». Alors, pour ou contre l’interdiction de toutes les drogues de synthèse ?

Enquête de la semaine : Vox Pop a enquêté en Allemagne, un des premiers pays européens à légiférer pour interdire certaines substances psychoactives. Car ces drogues font des ravages chez les jeunes…

  1. Sexe : c’est OUI… ou c’est du viol !

En pleine onde de choc sur les affaires de harcèlement et la vague de témoignages #metoo, la Suède légifère sur ce qu’hommes et femmes partagent de plus intime : les relations sexuelles. A partir du 1er juillet 2018, il sera interdit d’avoir un rapport avec une personne qui n’a pas expressément dit oui. Sinon, il sera qualifié de viol. Comment cette loi est-elle accueillie par la population ? Que va-t-elle changer dans les relations hommes/femmes ?

Vox Pop a invité cette semaine la suédoise Alexandra Pascalidou. Cette productrice, journaliste et féministe s’est prononcée pour cette loi « symboliquement très forte ».

Sans oublier notre tour d’Europe des correspondants. Comment nos voisins ont réagi aux affaires de harcèlement ? Et le reportage de John Paul Lepers, avec des juristes suédois, qui pointent les limites de la loi sur le consentement sexuel.

 

SOMMAIRE en résumé:

L’enquête de la semaine – Allemagne : drogues de synthèse, un combat sans fin ?

L’invité de la semaine – Alexandra Pascalidou, productrice et militante féministe suédoise.

 

Qui peut bénéficier de la prise en charge des soins à 100% ? (Article rédigé par l’AIVI)

Qui peut bénéficier de la prise en charge des soins à 100% ? (Article rédigé par l’AIVI)

 Article rédigé par l’Association Internationale des Victimes de l’Inceste (AIVI)

Site internet de l’AIVI : www.aivi.org

 

Très rares sont les professionnels et les institutions qui le savent, mais depuis la depuis la loi n°98-468 du 17 juin 1998, les soins consécutifs à des viols et agressions sexuelles commis sur mineur sont pris en charge à 100% par la sécurité sociale. Cela la concerne toutes les conséquences, physiques ou psychologiques. (Article L322-3-15 du Code de la Sécurité Sociale). Pourtant, la procédure est identique à celle requise pour les maladies longue durée, les médecins la connaissent par coeur.

Qui peut bénéficier de la prise en charge des soins à 100% ?

Toute personne, mineure ou majeure, ayant été victime de violences sexuelles dans l’enfance (avant 18 ans), incestueuses ou non, définies par le code pénal : viol et agressions sexuelles. Il n’est pas nécessaire d’avoir porté plainte ou d’avoir un jugement pour en bénéficier.

Qu’est-ce qui est pris en charge ?

Tous les soins remboursés par la sécurité sociale consécutifs aux sévices subis. Il peut s’agir de soins psychologiques mais aussi physiques. C’est au médecin traitant de diagnostiquer les affections liées au traumatisme. Les conséquences sont nombreuses, les médecins ne sont pas toujours formés à faire le lien entre violences subies et affections, il ne faut pas hésiter à tout lui dire.

Comment obtenir cette prise en charge ?

Le médecin traitant rédige la demande de prise en charge à 100 %, pour «soins aux mineurs victimes de sévices sexuels» est faite en utilisant l’imprimé «protocole d’examen spécial S 3501 », en saisissant le code spécifique T74.2. Le médecin conseil prend contact avec le médecin traitant afin d’élaborer conjointement le projet thérapeutique et le suivi médical (Circulaire CNAMTS du 28/12/2001).

Pourquoi est-ce important d’être remboursé(e) ?

Une demande de prise en charge reconnaissant les sévices subis par victime contribue à son rétablissement, facilite la mise en place de soins appropriés, renforce la confiance du patient pour son médecin traitant facilitant ainsi une alliance thérapeutique.

De plus, le système de soin français ne fait pas le lien entre la cause et les conséquences. Etre remboursé(e) suite à des sévices sexuels subis dans l’enfance, permet de reconnaitre la gravité de ce crime dans notre société mais aussi de mettre en évidence son impact sur la santé. Beaucoup de victimes peuvent par exemple être soignées pour dépression mais leur dépression est liée à l’inceste et de cela personne ne parle. Pour que les médecins prennent le réflexe de questionner systématiquement leurs patients sur leurs traumatismes afin dépister les conséquences de ce vécu sur la santé, nous devons parler et parler encore de cette souffrance avec des mots plus qu’avec des maux.

 

Ainsi, la société réalisera que l’inceste lui coute très cher humainement mais aussi financièrement et espérons le, des mesures serons mises en place.

 

 

 Article rédigé par l’Association Internationale des Victimes de l’Inceste (AIVI)

Site internet de l’AIVI : www.aivi.org

Appel à témoins : personnes ayant été victimes d’agressions sexuelles ou de viols commis par un militant ou un homme politique

Appel à témoins : personnes ayant été victimes d’agressions sexuelles ou de viols commis par un militant ou un homme politique

Pour les personnes qui souhaitent témoigner, vous pouvez appeler sur le 0.800.05.95.95, Viols-Femmes-Informations, un numéro national anonyme et gratuit, du lundi au vendredi, de 10h à 19h.

Après un viol, parler c’est commencer à se reconstruire